mercredi 7 juin 2017

Valdivia, changement de programme.


Je considère les tour-du-mondistes passant par le canal de Panama, ou abandonnant leur bateau, pour retourner dans leur pays en avion, comme tricheurs.
Quand on les écoute, toutes les excuses sont bonnes : J’ai de la famille, je dois travailler, je dois me faire opérer dans un hôpital moderne etc…

ET moi, qu’ai-je trouvé comme excuse ? POUR FAIRE LE TOUT A L’EGOUT…SI SI

Loupy et le bateau vont rester au Chili à Valdivia : Tout est arrangé...

Aller :     SANTIAGO - NICE France 13 juin         
Retour : NICE - SANTIAGO Chili 14 septembre.

Pour moi ce sera la première fois que je traverse l'Atlantique autrement qu'avec l’Amarante (First 345).

Je ne DOIS pas, retourner, mais il se trouve que tout va dans le sens de le faire maintenant ; Sinon il m’en coutera plus cher ; le voyage en avion ne sera pas 850 euros aller-retour, mais le double depuis une ile du Pacifique; La maison en location restera vide ou je serai obligé de faire une réduction de loyer à cause du system d’assainissement défectueux. Egalement des choses secondaires à régler en tous genre. Lors du retour au bateau emporter l’AIS ayant été renvoyé, une carte visa neuve, un détendeur butagaz de réserve ; peut-être aussi une vache a eau neuve, dont l’une des 2 est très rafistolée.

A côté de la marina La Estancilla (39°50’S 73°19’W). Le constructeur de catamarans, va me garder le voilier (120 euros/mois, pas cher, en plus c'est de l'eau douce, les algues quleques algues d’eau de mer vont souffrir...) Et je leur ai proposé 100 dollars par mois pour garder Loupy. Sinon ça me couterai au moins le double, sans compter les rapports de vetos et les soucis de compagnies qui ne prennent pas les chiens, (le mieux semble être Air-France, 200 euros tout de même a rajouter en intercontinental pour l’aller, puis 200 de nouveau au retour). Acheter une grosse boite pourrait être obligatoire, dont je ne saurais quoi faire ensuite. C'est très compliqué et au résultat incertain. Elle va bien se passer de moi pendant ces 3 mois, elle n’a pas trop à se plaindre, depuis que je ne travaille plus elle est tous les jours avec moi.

700 km pour aller de Valdivia à Santiago. Le bus longue distance ne coute que 9000 Pesos ,15 euros.

Actuellement je me fais le plan solitude de 3 jours au mouillage sur un bras du fleuve en pleine nature. L’hiver arrive, il fait 10° et il pleut quasi toute la journée.
Paly a pris le bus pour l’Argentine, son parcours c’est d’abord voir son frère pas très loin de l’autre côté de la frontière. Mais au moment de prendre le bus, le matin ; il n’y avait pas de bus, car le passage par la montagne est bloqué par la neige… Eh oui, c’est comme si on était en Décembre chez nous. Elle a pris une autre option qui oblige de passer d’abord par Barilloche ou elle visitera d’abord des amis du coup. 
Paly a eu une telle constance dans sa présence, que j’ai l’impression qu’elle est encore a bord. Ce n’est pas une lâcheuse, bien au contraire. Tout mon respect pour Paly ; c’est moi qui doit retourner pour arranger divers choses. Dans 3 mois elle pourra reprendre la suite pour l’ile Robonson Crusoe, et l’ile de Pâques, si elle le souhaite, en fonction aussi de comment se passera sa vie ;

Et puis c’est l’été ; Je vais être content de revoir mes amis dans des conditions estivales. Remerciements à Eric Widehem et a Christof du voilier Dana, qui m’ont spontanément aidé au cours de ce long voyage; J’ai gardé mon scooter 125 assurée, ce qui me permettra de circuler librement, le tout en été…ELLE EST PAS BELLE LA VIE…A Laghet on oublie de vivre avec le transport en commun ; il en passe 2 le matin et 2 le soir.

Je serai ensuite super content, fin Septembre de naviguer l’océan Pacifique avec zenitude.

Je n’ai pas écrit grand-chose sur le Chili.
Le Chili est très diffèrent de l’Argentine, d’abord économiquement ouvert a l’importation ; ce qui m’a permis d’avoir, les batteries et les panneaux solaires bien moins cher qu’en Argentine…Cela dit, je comprends que pour l’industrie Argentine, il y ai un intérêt à taxer fortement les importations, pour produire local. Mais pour de nombreux produits, la population et l’économie se retrouve pénalisée. Certaines astuces ont été trouvées, pour permettre le développement de la région reculée de terre de feu, coupée par le reste du pays par le détroit de Magellan sous contrôle Chilien. A Ushuaia qui est une zone soit disant détaxée, tous les téléphones cellulaires d’Argentine y sont montées, puis envoyés dans le reste de pays.  S’ils arrivaient directement de Chine montées, ils couteraient le double au consommateur.

Le Chiliens n’ayant ni gaz, ni pétrole, se chauffent au bois au Sud. J’ai même vu un immeuble au centre-ville de Valdivia, se faire livrer une semi-remorque de bois, pour le chauffage centrale. Le bois sert également pour construire les maisons bien évidement ; les bardages et toitures sont toutes en tôle. Les risques sismiques, y sont aussi pour quelque chose.
Le Nord du Chili, particulièrement aride, mais sans soucis du froid, produisent beaucoup d’électricité au Solaire ; Une région au Nord ayant misé sur le solaire, en produisent plus que ce qu’ils peuvent en consommer. (info que j’ai lu)

Les Chiliens sont aussi plus introvertis et calmes que les Argentins. Par exemple, il n’y a pas, ces agaçants ralentisseurs sur les routes, alors que dans tous les autres pays, il en a systématiquement. J’en conclu qu’ils conduisent prudemment par acquis de conscience.

Bien sûr ; pour l’instant je n’ai vu que le tiers Sud du Chili, qui a également la particularité d’être très axée sur le transport fluvial et maritime. Des barges de transport  pour les voitures et les marchandises, des navettes pour les personnes, il n’y a quasiment pas de ponts.
L’aquaculture est très développée. Pas forcément jolie, à voir ; des champs aquatique a perte de vue de bouées et de clôtures sous-marines surtout vers l’ile de Chiloé.

Le Chili a sa danse locale spécifique le cueca. Contrairement au tango, qui n’intéresse plus que les vieux et les touristes, le cueca fais des adeptes parmi les jeunes. C’est une sorte de danse de séduction et de provocation ou l’homme et la femme se rapprochent s’éloignent, se regardent, le tout en tournant et en sautillant si on veut…c’est assez libre.  Un élément est important un foulard, qu’on fais tourner au-dessus de la tête, ou qu’on donne à l’autre pour l’attraper.

J’aime bien Valdivia, c’est jolie, avec ces fleuves, les collines boisées, la ville est harmonieuse. Je n’avais pas trop apprécié Puerto Montt. De plus la marina est bien moins couteuse à Valdivia.

Je rajouterai pour finir, la joie sans cesse renouvelée de voir les animaux marins de la Patagonie, et plus particulièrement les phoques et divers oiseaux de mer. Mes préférées sont les Cormorans, ce sont des Super-pingouins ; ils savent très bien plonger, mais aussi très bien voler. Un oiseau particulier de la Patagonie qui me fait toujours tordre de rire c’est le « Pato vapor ». C’est un Canard, faisant d’ailleurs coin-coin, qui ne sais ni voler, ni vraiment plonger non plus. Alors comment fait-il pour subsister dans la rude concurrence de la nature ? EH ben je me le demande. En tout cas pour se déplacer sur l’eau, il pédale avec ses ailes, en gerbes d’eau qui se voit de loin, et il va très vite, comme s’il était a vapeur.

A bientôt…enfin, moyennement tôt pour une publication en rapport avec le sujet du blog, dans 3 mois.


J'y suis resté 3 jour, dont celle au dessus aussi...mais surtout 3 jours de pluie.
J'ai trouvé des amanites tue mouches dans les bois...Et qu'es ce qu'on fait avec les Amanites tue mouches? https://azarius.fr/smartshop/psychedelics/mushrooms/amanita_muscaria/
En sortant de Puerto Montt, pour passer ce détroit Iil valait mieux y aller a marée descenante...le trait bleu fut fais a 7 neouds, sans voile, ni moter, simplement en se laisant porter par le courant, puis on remis le moteur pour aller a Ancud.
Chat et peinture murale.
AU 12 eme étage de l'hotel Dreams de Valdivia, il y a un resto d'ou on a la vue  ci-dessous.

Rue ordinaire de Valdivia, qui pourrait etre Puerto Montt aussi.
Le pendule de Foucaud, sert a démontrer la rotation de la terre sur elle meme.

Au centre le pendule, en face del'université des sciences...10% d'étudants a Valdivia.
Eh oui, en Juin c'est l'automne, et bientot l'hiver.
L'Amarante va rester ici... dans l'eau ou il y a le ponton...et Loupy sera finalement chez Marcelo, le responsable de la marina a coté.

mardi 23 mai 2017

Puerto Montt, préparations pour le Pacifique.



La 2eme grande mission, qui fut de remonter les canaux de Patagonie contre le vent est terminée avec succès; Merci beaucoup à Paly et a Guadalupe, qui ont été sans reproches, le tout dans la joie et la bonne humeur. D’après moi, c’est une navigation qui convient par principe aux femmes : L’attachement à la terre, et de ne pas avoir à naviguer de nuit.

Guadalupe est retourné en Argentine, par bus ce matin dimanche 21 Mai.

Paly va poursuivre avec moi jusqu’à L’ile de Pâques, qui est la 3eme mission. Cette traversée depuis l’ile Robinson Crusoé, sera la partie la plus longue sans toucher terre de tout mon passage par le pacifique. Mais pas si longue que ça et surtout le plus court qu’on peut faire ( entendu dans des conditions de navigation « normales ») Ce qui fait 1600 Milles tout rond depuis l’ile Robinson Crusoé, qui est-elle à 320 Milles du Chili, ou 460 Milles si on y va depuis Valdivia. Pour Valdivia, il faut compter 220 Milles de navigation avec, un passage par l’ile Chiloé comme la ville Ancud que je souhaite voir.

LES PREPARATIONS : Avec un panneau solaire en moins (donc 2x100W) et uniquement 2x90 AH de batteries de service, pour naviguer zen il faut plus. Le solaire avec des jours raccourcis et/ou nuageux fonctionne quand même, mais il faut plus de panneaux.

Comme le Chili est le pays misant sur le solaire, par excellence, j’ai pu trouver sur leboncoin.com Chili,(Yapo) des panneaux a Puerto Montt à 100 euros/u. Comme il ne semble pas y avoir de 930 X 670, et afin de refaire un jolie taud de soleil en panneaux solaires, je vais reprendre 3 panneaux de 1210 X 540 (je pourrais même en fixer 4 dans le même alignement, mais en cas de vent fort, je crains que ça fasse trop et que tout s’envole quand le bateau gite, au près par exemple le dessous des panneaux est très exposé à la prise au vent) . Puis fixer les 2 autres anciens ailleurs, sur le roof par exemple, ou voir ça plus-tard et les garder à l’intérieur. J’en profite pour préciser que ces panneaux, pas du tout destinée a un usage marin ont subis 3 ans d’embruns, 3 transats, un démâtage, une tempête, sans montrer la moindre trace d’oxydations. (Le panneau solaire souple perdu dans la tempête, avait des pliures et des fissurations en plus de l’opacité de la résine ; je déconseille, en plus ils sont plus chers)

Pour ce qui est des batterie, ou qu’on aille dans le monde ca vaut cher, compter au mojns 200 euros pour une 100 Amperes Heure. J’aimerai en rajouter 2, sinon au moins une. Demain je vais aller voir à GAMI 936 av président Ibanez, qu’on m’a conseillé. Bon c’est fait j’ai pris deux 100 AH décharge lente au gel (500 euros les 2).
Les bonbonnes de gaz sont remplis, en plus de la 15kg neuve avec son détendeur Chilien acheté a Puerto Natales. Le plein de gas-oil est fait ; OUF plus besoin de transporter des bidons en plusieurs voyages, grace au ponton carburants bateaux. J’ai aussi remplis des bidons. Je conserve 150 litres en bidons.
Je vous présente mon PARC de bonbonnes de gaz; 3 continents sont representés: La petite au premier plan est une butagaz 2,7kg Francaise; L'autre bleu est une 6kg du Maroc, les 2 oranges sont des 6kg du Cap Vert, et la nouvelle venue, la blanche de 15kg du Chili, avec son détendeur, j'ai aussi acheté un embout sans le détendeur pour pouvoir la reremplir moi meme, (les autres fonctionnent avec le detendeur butagaz, mais je regrette de n'avoir pas acheté un embout sans détendeur aussi...impossible a trouver ailleurs
L’émetteur AIS qui était tombé en panne en entrant dans la baie d’Ushuaia, est retourné en France avec Patrice, qui l’a ensuite expédié en Angleterre pour réparations. Une fois réparé, il m’a été renvoyé a Ushuaia par Patrice, en l’envoyant chez mon ex copine Laura, mais comme entre-temps ce n’était plus la copine, une fois reçu, il n’y a pas eu moyen de lui faire faire le nécessaire auprès de la douane. Donc tant-pis, c’était assez rageant, j’ai même vu la boite, lorsque j’ai tenté de trouver un moyen sans Laura. Il fallait s’inscrire sur internet avec un numéro fiscal, l’imprimer et payer 100 pesos Argentins (6 euros).
Bref ; il sera renvoyé en France de nouveau. J’ai proposé de 50 dollars US à Laura pour qu’elle fasse le nécessaire. Peut-être avait-elle peur d’autres taxes à payer par la suite.

Le gars de la douane, qui m’a même suggéré d’offrir des fleurs pour que ma (ex) copine fasse le nécessaire, n’allait pas accepter un pourboire, puisqu’il fallait que fiscalement ca soit en ordre. Une solution aurai été de remplacer le contenu par autre chose et d’extraire l’AIS… On verra ca plus tard.

Les autres préparatifs concernent la nourriture, alcools et divers produits qui seront plus cher ou introuvables dans les iles du Pacifique.
Zones de tempetes tropicales...Remarquez que l'Amerique du sud est épargnée. 
Autres soucis : La locataire de la maison de Laghet, qui s’est trouvé le fils du voisin comme copain, va carrément habiter chez eux. En plus, plus tôt que prévu, non plus fin Octobre mais dans 15 jours du fait de la perte de son emploi d’agente de réservations dans un hôtel de Monaco.
Le probleme  principal , est la fosse septique qui se bouche, et le non raccordement au tout à l’égout que j’avais pourtant espéré pouvoir résoudre : D’abord la maison est au coin bas du terrain en amont de la route, et qu’il n’y a même pas 10m2 pour faire un épandage. Ensuite le raccordement au tout à l’égout qui m’a d’abord été refusée car la maison n’a pas été construite avec un permis de construire a l’origine (je suis le 3eme propriétaire pourtant), puis accepté officieusement par le voisin adjoint au maire, de l’autre côté du chemin de passer un tuyau de 100mm lorsqu’ils referaient le goudron.

Je n’ai pas du tout envie de retourner en France pour cette histoire d’égouts et de locataire, j’ai contacté Amelie une amie, pour qu'elle trouve un locataire ; service que je lui paye…Et pour l’égout je fais une réduction de loyer:
Au finale Amelie est intéressée d’y habiter avec ses chiens.
Ma maison de 40m2 a 10km de Monco et 20 Km de Nice.


Quand a l’appartement du vieux Nice : Une part du loyer m’es réglé directement par la CAF (ce que la locataire m’a imposé sans me demander) mais il manque entièrement 2016…ca représente environs 3000 euros. Tout ce qu’elle doit faire c’est fournir des justificatifs que la CAF par souci de confidentialité ne veux pas me dire.
Au moins depuis 2017, ils payent de nouveau. Ce souci devrait rentrer dans l’ordre et comme j’ai fini de rembourser la banque pour cet appartement je n’ai pas de pression, de ce côté-là. C’est d’ailleurs la fin du crédit qui en 2012 m’a poussé a acheter un voilier.

Quitter mon emploi, et faire le tour du monde n’était pas au programme, je voulais juste aller en Corse.

jeudi 11 mai 2017

Isla Chiloé, fin des fjords


Bonjour à vous qui lisez ;

J’avais préparé un texte, j’ai dû l’effacer par erreur, j’y parlais de Puerto Natales, des bonbonnes de gaz, de la lutte quotidienne contre l’humidité, de nos mouillages chaque jour, et de cette belle aventure fort agréable avec Paly et Guadalupe…

J’en aurai des choses à raconter. des phrases a écrire, de faire de mon mieux pour les rendre vivant et réel, le tout avec les valeurs qu’on se préoccupe de défendre, de protéger et de partager ;

Je dois me concentrer pour que l'écriture vous passionne, et vous fasse rêver. Mais ce que je souhaite le plus ; c’est vous faire réagir, de vous aider à vous aider, vous rendre maitre de votre destin.

Le cycle, de la malchance, de l’arnaque organisé, peut prendre fin.
OUI si on a du cœur, de la patience et de la persévérance. Si on s’occupe de ceux qui nous entourent, de notre vie, peu à peu on doit y arriver.

Je pense aussi aux élections présidentielles en France, le « gagnant » est une fois de plus, non pas celui que les Français voudraient, mais se sont retrouvé a voter pour celui (ou celle) qu’ils ne veulent pas.

Le choix nous est imposé.

Mais moi je vous le dis ; VOTRE choix ne vous est pas imposé, VOTRE vie, elle vous appartient.

Donc paix, amour, volonté, énergie, de l’ile de Chiloé, je fais mon text depuis un Bar ou, les gérants nous a offert un plat complet de Moules, de patates et de viande, pour rien, comme ça ; par plaisir de faire plaisir.

A Puerto Eden, les Carabiniers nous ont non seulement prêté leur ponton mais aussi, la machine à laver avec sèche-linge et même la salle de bains.

Le monde qui nous entoure est remplis de personnes, qui sont honnêtes et heureux, prêts a partager, mais ceux qui nous dirigent préfèrent nous exploiter et nous frustrer

Nous sommes quasi à la fin des fjords de Patagonie, ci-joint des photos avec des légendes, en quelques phrases, de l’encouragement pour votre vie, pour vos enfants si vous en avez ; pour votre entourage, vos parents, mais aussi CONTRE ceux qui vous entubent et qui vous pourrissent la vie. Pour que, soit vous les combattiez, soit vous évitez qu’ils vous empoisonnent la vie. 

Voilà, le voyage c’est aussi de vivre ; vivre tout simplement avec le rythme naturel.


En plein milieu de Canal Messier, de loin je vois un bateau...puis non une ile, puis finalement une épave échoué sur un rocher; ce cargo doit y etre depuis au moins 50 ans..j'adore cette photo de Guadalupe du reflet dans l'eau du pont.

Ah enfin, de la navigation en pleine mer, 240 Milles en 2 jours et 2 nuits pour entrer directement dans le golf de Corcovado, sans passer par les cannaux apres le Golf de Penas.

Ces fruits des tourbes sont délicieuses.

Notre mouillage a Puerto Natales, en face de la ville,de l'autre coté du chenal. Moitié nature moitié civilisation-

Le mouillage de Thelme, fut magnifique.

Mouillage a la caletta Thelme prise lors d'une petire ballade.


Puerto Eden, isolée, sans voitures et avec beaucoup de pluie, les habitants ont fini par n'etre que 60 alors que jadis ils étaient 600.

Une antenne GSM avec son génerateur au dessus de Puerto EDEN.

Quand il ne pleut pas, le chemin en planches du village est vraiment jolie.

L'électricité de puerto Eden se fait par moteur diesel; ici un cassé a l'éxterieur.
La grand école avec sa bibliotheque de Puerto Eden, n'acueuille que 10 enfants.

L' épave en plein milieu du Canal Messier,  parait flotter, est échouée depuis au moins 50 ans.



Une ballade pour Loupy aussi.

On a pu se mettre tranquillement a couple, pour déjeuner puis fairte un tour a bord.